La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire a été promulguée le 10 février 2020. Cette loi intervient après une prise de conscience globale sur notre modèle sociétal. Nous l’avons vu ici, nos prélèvements sur les ressources naturelles dépassent largement la bio capacité de la Terre…

D’après le rapport du Sénat sur la pollution numérique, l’industrie de l’IT participe actuellement à près de 4 % des émissions de gaz à effet de serre. Et si rien ne change, ce chiffre pourrait grimper de 60 % d’ici 2040.

 

La part des fabricants

 

L’une des causes des impacts environnementaux du secteur : le renouvellement trop rapide des équipements électriques et électroniques (EEE).

La loi prévoit de donner accès à l’information la plus transparente possible sur l’impact des mises à jour sur leurs biens, tout en limitant la taille des mises à jour indispensables. Objectif, éviter les cas d’« obésiciels » où une mise à jour logicielle est trop lourde pour que l’équipement le supporte.

De plus, les fabricants doivent fournir gratuitement les mises à jour nécessaires au maintien de la conformité du bien. Celles-ci devront être disponibles pendant une période correspondant à la durée d’usage attendue, par exemple 5 ans pour un smartphone.

Les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) contiennent souvent des substances ou composants dangereux pour l’environnement (piles et accumulateurs, gaz à effet de serre, composants contenant du mercure, etc.), mais ils présentent aussi un fort potentiel à la vue des matériaux qui les composent (métaux ferreux et non ferreux, métaux rares, verre, plastiques, etc.) qui peuvent être réemployés.

 

 

Pour répondre à ces enjeux sanitaires et environnementaux, l’Union européenne a défini les conditions de mise sur le marché des équipements électriques et électroniques (EEE) ménagers ainsi que le cadre de la gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE).

Les déchets collectés par les filières agréées seront traités en France et en Europe avec un haut niveau de protection de l’environnement. Cela permet de gérer efficacement plus de 600 000 tonnes de DEEE par an. Cette filière à également permis la création de de 3000 emplois depuis 2006 (avec la collaboration des réseaux ENVIE et EMMAÜS).

Réparation et réemploi, recyclage : trois notions de l’économie circulaire qui permettent de faire évoluer ce secteur. Cependant, le recyclage des déchets électroniques est un processus aussi complexe que coûteux et qui est susceptible de dégager des substances toxiques (combustion, lixiviation acide, etc.) c’est la raison pour laquelle les phases de réutilisation, réemploi et réparations doivent primer.

Pour les fabricants, ces notions accompagnent désormais leurs produits, elles sont considérées comme des caractéristiques essentielles à la mise sur le marché. 

 

Le consommateur

 

Lorsque l’on souhaite acquérir un nouvel appareil, il est désormais impossible de passer à côté de l’écocontribution. C’est un système de financement collectif, solidaire et transparent qui permet le recyclage des DEEE.

Depuis le 15 novembre 2006, tous les produits électriques et électroniques vendus aux ménages, en ligne ou en magasin, y sont soumis. Cette contribution environnementale constitue la principale ressource financière de la filière des DEEE ménagers.

La valeur de l’écocontribution varie en fonction du type de produit, de l’éco-organisme auquel le producteur a choisi d’adhérer, du taux de retour, du cours du pétrole et des prix de revente des matières récupérées.

Le consommateur, souhaitant contribuer à une consommation et à un usage plus responsables de ses appareils peut adopter ces “petits gestes” au quotidien : 

  • Prolongez la durée de vie de vos biens en en prenant soin : passer de 2 à 4 ans d’usage pour une tablette ou un ordinateur améliore de 50 % son bilan environnemental.
  • Faire le tri et recycler les objets inutilisés et ne pas oublier les petits DEEE : les cartouches, clefs USB, etc.
  • Garantissez le bon mode de recyclage en les déposant dans un des nombreux points de collecte adaptés.
  • Pensez à retirer ce que votre appareil peut contenir (sac d’aspirateur par exemple).
  • Ramenez les appareils endommagés chez un réparateur.
  • Optez pour du reconditionné !

    Certains fabricants et distributeurs donnent les moyens aux consommateurs de retourner les appareils afin de mettre en route une chaîne de reconditionnement pour les remettre sur le marché, c’est là tout l’intérêt de l’économie circulaire.

    Cet article pourrait vous intéresser :
    L’économie circulaire et les EEE (partie 2)

     

    Juliette, Assistante Marketing – Apsynet

     

    Catégories : ActusEconomie circulaire