Nous l’avons plusieurs fois évoqué, l’inventaire fait toujours réapparaitre au jour des objets oubliés, détériorés et parfois inutilisables tels quel. Il est important de bien constater leur état afin de juger si oui ou non, ils peuvent être réutilisés après réparation.

Que faire de tout ces biens ? Les céder pour pièces détachées, ou bien les jeter, plusieurs solutions s’offrent à vous. Aujourd’hui nous nous concentrons sur le cas d’une collectivité.

 

La séparation 

Vous choisissez de vous en séparer définitivement : pour cela vous devez procéder de manière responsable et transparente, en impliquant les parties prenantes et en respectant les règles et les réglementations en vigueur.

Il y a bien entendu plusieurs procédés comme la vente, le don et en dernier recours (il le faut !) la destruction. En effet, du fait du risque de qualification de « déchet » la collectivité devra conformément à la hiérarchie des modes de traitement, prioritairement rechercher la réutilisation des biens concernés, leur recyclage ou toute autre valorisation.

Il est vrai que jeter un objet prends beaucoup moins de temps que de le proposer à un tiers, et de le faire réparer… Pourtant la cession pour pièces détachées et la réparation ont toutes deux des avantages non négligeables, cela demande un petit effort mais nous sommes tous bien conscient de l’importance des petits gestes lorsqu’il est question d’écologie.

 

lirao

 

La valorisation par la réparation

Réparer, donner, vendre, cela fait faire quelques économies, mais soyons réaliste, cela ne vous fera pas devenir riche pour autant ! Peut-être avez-vous un service technique qui vous remettra à neuf les objets détériorés, sinon il faudra prendre le temps de demander des devis à des prestataires spécialisés. Cela peut valoir le coup, si l’on estime le rachat d’un objet neuf par rapport à la réparation. Malheureusement, très souvent le coût de tout cela fait faire machine arrière et c’est à ce moment là que le cycle de vie de ces objets s’arrête.

Sachez alors qu’avant de passer par case « déchet », des alternatives existent. Par exemple, ces objets trop coûteux à faire réparer intéresseront peut-être certaines associations de réinsertion par le travail comme des ressourceries par exemple.

Il en existe beaucoup sur tout le territoire, leur démarche consiste à former les personnes en difficulté afin de leur permettre de d’accéder à un emploi stable. Ces structures de l’économie sociale et solidaire permettront donc de revaloriser les objets de façon responsable. Il serait donc bien dommage de jeter alors qu’un don pourrait permettre à ces structures de faire grandir de belles idées.

Finalement, l’intérêt d’une gestion plus sobre et responsable de vos biens serait tout simplement de s’inscrire dans une démarche de transparence, écologique et solidaire !

C’est en adoptant de nouveaux reflexes, de penser autrement les processus de séparation que vous révolutionnerez la gestion de vos biens tout en donnant le meilleur des exemples.

 

Ces articles pourraient vous intéresser :

L’impact du SPASER sur la gestion de vos biens

Collectivités : faites des économies sur vos achats

L’économie circulaire dans les administrations

 

Juliette, assistante Marketing – Apsynet

 

Newsletter

Categories: Economie circulaire