Informaticienne et amirale de l’armée Américaine, Grace Hopper est tout simplement remarquable par son parcours et ce qu’elle a apporté à la programmation informatique.

 

Une précurseuse 

Pour commencer, elle est la première femme à obtenir son doctorat en mathématiques (suivie de près quelques années plus tard par Evelyn Boyd Granville, souvenez-vous !), qui lui est décerné par la prestigieuse université de Yale, au sein de laquelle elle enseigne les mathématiques de 1931 à 1943.

Elle est ensuite sollicitée par la US Navy, la marine de guerre américaine, pour collaborer au Cruft Laboratory d’un autre célèbre et non moins prestigieux établissement, l’université d’Harvard. Ici sa mission consiste à calculer les coefficients d’un ordinateur électromécanique. Ordinateur qui n’avait déjà plus de secret pour Grace Hopper peu de temps après avoir intégré son poste.

 

Des compétences reconnues et une idée révolutionnaire

Après son expérience à Harvard, Grace travaille pour l’entreprise qui développe les premiers ordinateurs, non plus destinés à des utilisations militaires et scientifiques, mais commerciales. Grace sait que les ordinateurs peuvent toucher un bien plus large public, et cela bien sûr en les rendant plus accessibles et « conviviaux » en matière d’applications et de programmation.

Son idée est de proposer un langage qui puisse être compris par des non-mathématiciens (c’est-à-dire, en l’anglais). Autant vous dire qu’elle n’obtient pas l’adhésion de ses pairs dès le départ ! Pour eux, « les ordinateurs ne comprennent pas l’anglais ».
Pourtant, Grace ne baisse pas les bras et développe une technique de traduction de symboles mathématiques en codes binaires. C’est ainsi qu’elle écrit le tout premier programme compilateur.

Quelques années plus tard, c’est un autre programme de compilation qui est présenté. Celui-là traduit les commandes de programmation en anglais en un langage de programmation. Nous sommes là face aux bases de la programmation moderne !

 

La naissance de COBOL

Le programme de compilation de Grace Hopper est conçu pour la gestion des tâches classiques traitées par une société, comme la facturation par exemple. C’est à partir de là que l’ordinateur fait son entrée en masse dans les entreprises.

C’est donc son travail qui inspira le premier langage de programmation destiné aux entreprises, COBOL. Ce langage deviendra standard grâce à la force de persuasion de sa créatrice, convainquant les chefs d’entreprises de l’utiliser.
L’informaticienne a été récompensée de nombreuses fois au cours de sa carrière :

  • Elle est l’une des 10 premières personnes à recevoir le titre de Programmeuse Senior en 1950.
  • 19 ans plus tard, elle est primée « Meilleure informaticienne de l’année ».
  • En 1983, elle est nommée « Commodore » à la Maison Blanche avant de devenir Amirale 2 ans plus tard.

Pour conclure ce parcours absolument épatant, un an avant de s’éteindre, Grace Hopper est la première femme à recevoir la Médaille Nationale de Technologie. A titre posthume en 2016, elle est récompensée par la Médaille présidentielle de la Liberté, remise par Barack Obama.

 

Retrouvez d’autres parcours inspirants dans la série d’articles « Les pionnières de l’informatique » :

Evelyn Boyd Granville
Hedy Lamarr, à l’origine du Wifi
Margaret Hamilton, celle qui envoya des hommes sur la Lune 

 

Anne, Directrice Commerciale d’Apsynet

 

Newsletter

Source image