Face aux problèmes écologiques et économiques que nous rencontrons aujourd’hui, nombre d’entre nous en sont persuadés : les modèles de consommation doivent être revus et changés. Beaucoup de démarches vont aujourd’hui dans le sens de l’économie circulaire, à titre personnel souvent, mais qu’en est-il à plus grande échelle, quels sont les enjeux des collectivités françaises ?

 

Favoriser l’économie locale et renforcer l’attractivité des territoires

 

Le sujet est plus que jamais d’actualité, d’abord « révélé » par le Covid-19 et les confinements successifs, époque à laquelle il convenait, et il convient encore aujourd’hui, d’aider les entrepreneurs locaux qui ont subi la crise de plein fouet. Avec le conflit ukrainien, le problème s’accentue, nous nous rendons compte de l’impact économique lié à une interdépendance, et au fait de s’approvisionner à l’étranger pour subvenir à nos besoins quotidiens.

C’est là que les collectivités ont le pouvoir d’intervenir, en favorisant l’entrepreneuriat, la production locale, en faisant la promotion d’activités et de filières qui ne peuvent être délocalisées.

Les nouveaux modèles d’économie circulaire sont de véritables leviers de création d’emplois et attirent de nouveaux acteurs économiques pérennes. En outre, le réemploi pensé autour de l’économie circulaire favorise la réinsertion des personnes.

 

 

Les technologies en faveur de l’économie locale

 

Relocalisation, réemploi et réinsertion sont facilités par les technologies de l’information et de la communication. De nombreuses plateformes œuvrent pour mettre en relation les acteurs, permettant par la même occasion le renforcement du lien social. De plus ces outils de communication permettent de sensibiliser les citoyens pour les inciter à agir à la source, individuellement. Chaque geste compte est doit être encouragé.

Et c’est d’ailleurs ici qu’est la clé : être capable de réunir autour d’un projet, à grande échelle parfois, des personnes qui ne se connaissent pas, mais dont les ambitions, les intérêts et les besoins sont communs. C’est en renforçant ce lien que les collectivités peuvent encourager l’entraide et faire émerger les projets collaboratifs locaux de demain.

 

Savoir ce que l’on a pour savoir où l’on va

 

Avoir connaissance de ce que l’on possède, de ce que l’on peut partager, distribuer, réemployer est une nécessité. Cela implique donc une bonne gestion de son patrimoine, de ses stocks, ce qui passe souvent par un inventaire physique général de ses biens. Aujourd’hui, de nombreuses collectivités ont déjà franchi le pas de la réutilisation, tout d’abord en interne, de service à service, mais aussi en rendant le matériel inutilisé disponible sur des plateformes de mise aux enchères, ouvertes aux autres collectivités voir même aux entreprises et particuliers.

La réutilisation de ce matériel est ici aussi une occasion de générer de l’emploi localement : réparation de vélos, upcycling, nettoyage d’équipements informatiques, dépersonnalisation de mobilier… sont des exemples parmi tant d’autres.

Réduire, réutiliser, recycler … une formule qui permet de préserver les ressources et de produire de façon durable.

Cet article pourrait vous intéresser :
Valorisez votre patrimoine

Anne, Directrice Commerciale d’Apsynet