Une solution pour contrer les impératifs financiers et budgétaires est de valoriser son parc, aussi bien immobilier que mobilier, et cela passe forcément par un inventaire patrimonial.

Dans les collectivités, de nombreux biens s’accumulent, se séparer d’eux constitue souvent une crainte. Pourtant les coûts d’entretien et de mise aux normes sont loin d’être négligeables : ils représentent aujourd’hui le deuxième poste de dépenses de fonctionnement.

Dans un contexte de restriction budgétaire, l’accumulation et les coûts qui en découlent ne sont plus envisageables, il faut renverser la tendance et s’engager dans une stratégie d’optimisation active de son patrimoine.

 

Connaître son patrimoine

 

Pour pouvoir prétendre bien gérer son patrimoine, il faut tout d’abord le connaître. C’est là qu’intervient l’inventaire. La tâche est vaste, certes, mais elle est essentielle : savoir d’où on part pour savoir où aller.

 

 

Si l’inventaire est bien planifié, piloté, et accompagné, les équipes impliquées, le résultat n’en sera que satisfaisant et sera la base de votre nouvelle gestion patrimoniale et un véritable outil d’aide à la prise de décision.

Par ici, des conseils pour bien maîtriser votre campagne d’inventaire.

 

L’inventaire : une mission transverse

 

L’un des problème majeur est le manque de communication inter-services. En effet, on constate dans le public comme dans le privé, l’existence d’une multitude de bases de données distinctes, que chaque service alimente selon son périmètre d’intervention. Résultat : les informations sont souvent incomplètes et ne sont pas partagées, il n’existe pas de vision globale, les inventaires sont inutilisables.

 

 

Faire le choix d’auditer son patrimoine, c’est revoir la communication et les méthodes de travail internes en misant sur la transversalité et la collaboration.

 

Et après ?

 

L’inventaire doit être considéré comme un outil d’aide à la décision, car c’est sur son diagnostic que la stratégie de valorisation se construit. L’audit seul ne suffit pas, il doit en découler une gestion dynamique et permanente du patrimoine. Ainsi se posent certaines questions comme la conservation ou non d’un bien, et dans ce dernier cas, pourquoi ne pas envisager de le céder ? Quels sont les travaux prioritaire à budgétiser ?

Pour conclure, bien gérer et valoriser son patrimoine, c’est prendre conscience de l’importance de l’inventaire, choisir la bonne direction à prendre, c’est d’abord savoir de quoi on part.

 

Anne, Chef de Produits chez Apsynet

 

 

Catégories : Inventaire