Ah oui, je vous préviens tout de suite, je vais vous décevoir…

Tout ce qui s’obtient gratuitement ne l’est pas réellement, loin de là.. Beaucoup loin de là..

Je rebondis sur un article de notre blog, publié par Olivier la semaine dernière sur les API Google, dont la cartographie, que cette PME mondiale a décidé de faire payer, maintenant que des centaines de sociétés dans le monde ont investi pas mal d’argent en R&D sur cette technologie.

Nous y avons été confrontés, le jour où nous avons dû basculer nos solutions sur OpenStreetMap, jolie technologie mais qui a pris quelques années de retard par rapport à Google Maps.

Mais alors comment pouvons-nous nous laisser bercer aussi facilement par cette illusion du gratuit ?

 

Premier cas de figure :

 

J’ai les moyens d’investir des millions de Dollars dans une nouvelle technologie, que je rends gratuite pour décourager toute velléité de concurrence.

Une fois que je m’aperçois que des applications populaires ont été construites autour de ma solution, je change les règles, et je la fais payer. Rien d’excessif, mais ce n’est plus gratuit, et cela va me rapporter quelques millions de plus.
Cette technique est ouverte à très peu d’élus (G ou A ou F ou A ou encore M pour ne pas les citer).

 

 

Là, le « qui paye le gratuit ? » est simple. Ce sont tous ceux qui ont plus ou moins fortement investi dans une technologie qui devient payante.

 

Ou alors,

 

Je suis en position dominante dans le monde implacable de la distribution. Et je révolutionne la Vente Par Correspondance en instaurant la livraison gratuite. Là, savoir qui paye réellement n’est pas vraiment un scoop, puisqu’il faut prendre un abonnement pour cela.
Je me souviens d’une conversation surréaliste avec un ami qui me disait « C’est super, tu te rends compte, c’est super ces livraisons gratuites avec Amazon.. Je ne paye vraiment rien ». En lui répondant que si, avec son abonnement, il payait les livraisons d’avance, il avait l’air étonné..

Si vous payez les livraisons d’avance, alors la livraison est gratuite.. Tout est subtilité.

 

Autre cas de figure :

 

Nous sommes une bande de passionnés, avec de bonnes idées, un peu de temps, et un peu idéalistes.

Cette petite équipe se lance dans la conception, puis la réalisation de suites logicielles ou d’encyclopédies sur le Net. Les projets avancent bien, mais sont assujettis à la bonne volonté des équipes qui travaillent sur leur temps libre, ou bien sont financées par un généreux donateur.

C’est là que se situe la faille… Puisque c’est gratuit, cela n’a pas de valeur par définition, donc pas de rémunération. En cas de changement de vie d’un membre de l’équipe, ou autre besoin d’investissement, le projet peut vite péricliter, malgré la bonne volonté de tous.

Et c’est le cas, faute de développeurs volontaires, de projets comme OpenOffice, qui ne sont pas dans leur meilleure forme. Annoncé plusieurs fois comme arrêté, il est toujours là, certes, mais allez voir de quand date la dernière version (C’est la 3.3.0). Donc, certes toujours disponible gratuitement, mais pour combien de temps ?

Je peux aussi vous parler de Wikipédia qui cherche désespérément des financements. Nous avons tous été un jour ou l’autre sollicités. En fouillant dans les contributeurs, on s’aperçoit que Google fait régulièrement des dons.

En conclusion, je suis très méfiant, et je vais éviter de me faire avoir.. Le gratuit a toujours un coût. A court ou moyen terme.

Oui, d’accord, j’ai installé Waze sur mes appareils mobiles, mais c’est une société Israélienne, peu de risque que cela devienne payant hors options, non ?

Puis je m’habitue de plus en plus à Firefox, histoire de ne pas être le bec dans l’eau le jour où chrome deviendra payant.. On ne sait jamais..

Oups.  Scoop..

Waze est la propriété de Google depuis 2013 (on me cache tout)

Firefox est financé à 85% par.. Google..

 

 

Thierry Schmitt, Directeur du Consulting chez Apsynet

 

 

Catégories : Développement & Web