Le monde du logiciel avait été très marqué par le Covid-19 en 2021, de ce fait, les solutions concernant la santé, les outils permettant la collaboration à distance, accompagnant ainsi le développement du télétravail, ont eu le vent en poupe. Qu’en est-il de l’année qui vient de s’écouler ?

 

Les solutions hébergées toujours d’actualité

La tendance du Cloud computing, consistant à préférer des serveurs informatiques à distance et hébergés sur le Web, continue d’être un véritable sujet. L’acquisition de solutions logicielles à installer sur des serveurs en interne n’a pas complètement disparu mais elle se fait de plus en plus rare.
Par écho, et parce qu’elle représente un avantage financier important, l’externalisation de l’informatique, également appelée « outsourcing », est aussi dans le thème.

Le fait de confier l’administration, le maintien et le pilotage de solutions logicielles à des infogérants est donc un phénomène de plus en plus observé.

 

Le développement « low code »

Ou « faible code » en français. Grâce aux plateformes « low-code / no code », une personne sans la moindre notion de langage de programmation peut se lancer dans la création d’une application. Cela est rendu possible par une interface utilisateur graphique, proposant notamment des fonctionnalités de drag & drop permettant d’ajouter très facilement les composants de l’application et des les connecter entre eux.

 

L’IA

L’IA a beaucoup fait parler d’elle l’année dernière, notamment avec l’arrivée de plus en plus remarquée du Metaverse.
Si on devait annoncer un top 5 des secteurs dans lesquels l’IA perce tout particulièrement, cela serait : la gestion des connaissances, les agents virtuels, les véhicules autonomes, les données participatives, l’espace de travail numérique.
La France a elle, lancé la deuxième phase de sa stratégie nationale pour l’IA, visant à faire de notre pays le leader mondial de ce secteur.

 

L’analyse prédictive

Elle est très appréciée des services marketing, des agences numériques, des institutions financières et des organismes de santé. Elle est utilisée pour prédire les événements à venir et les futures tendances, les risques, les opportunités, les besoins et les comportements du marché. C’est une aide avérée à la prise de décision par les entreprises qui y ont recours.
L’analyse prédictive fait appel à plusieurs sources de données et permet de combiner des événements historiques passés à des données nouvelles afin de prédire l’avenir, des hypothèses que l’on appelle « modèles prédictifs » ou « patterns » qui reposent sur le data meaning. Ce dernier est un processus d’analyse de données traitées en volume très important, notamment issues du Big Data.

 

Anne, Directrice Commerciale d’Apsynet

 

Newsletter