Un des sujets stratégiques de l’activité d’éditeur logiciel est d’anticiper la demande du marché, que cela soit pour imaginer des fonctionnels ou développer des technologies, il faut être capable de prendre des paris sur ce que seront les besoins et les réponses qu’attendront les clients.

Cela amène à lancer des projets qui peuvent durer de quelques jours ou semaines à plusieurs années.

Pour un éditeur c’est un risque énorme : le risque de ne rien produire ou d’être hors sujet avec, au final un investissement sans retour.

Malgré cela, il n’est pas possible de se contenter d’être uniquement réactif aux demandes des utilisateurs et des clients, cela reviendrait à se fermer tout accès à de nouveaux marchés.

Alors, une fois que l’on a l’idée, l’argent et le temps, y a-t-il une méthode magique pour mener un projet de R&D ? Et quels sont les pièges que l’on trouvera sur sa route ?

 

R&D pour Rien à Découvrir

 

La première évidence est que tout projet de R&D prend du temps.

Le premier risque du R&D est de ne pas aboutir, soit parce la solution n’existe pas soit par excès d’ambition ou par manque de moyens.

Il est donc vital non seulement de fixer un délai mais aussi des étapes. Et le corollaire en est qu’il faut être prêt à remettre en cause l’existence même du projet si les résultats ne sont pas atteints dans les conditions prévues.

 

R&D pour Rationnel et Dirigé

 

Un projet de recherche doit avoir un objectif, ce n’est pas une œuvre d’art dans laquelle seule compte l’expression de l’artiste. C’est un travail construit, d’équipe en général, pour lequel chacun doit connaitre son rôle et celui des autres.

Et surtout n’oubliez pas de nommer un responsable capable de voir et de comprendre l’ensemble du projet, sinon gare aux déconvenues lors de l’intégration des travaux respectifs !

 

R&D pour Rendez-vous Dépassé

 

Le facteur de temps est souvent négligé. Autant cela semble évident de délivrer une commande client en temps et en heure, autant dans des projets de R&D la dimension délai semble souvent secondaire (en tout cas aux développeurs).

Mais en matière de logiciel le « time to market » est vital, en effet si l’urgence peut sembler à certains dicté par la mode, il est de toute façon, clair et sans équivoque que le besoin d’aujourd’hui va évoluer demain, poussé par les progrès technologiques et les usages.

Donc sans aucun doute, tenir son délai est devenu crucial mais doit se faire sans compromis sur la qualité ou les tests.

 

R&D pour Recette et Débogage

 

La partie la plus méprisée par le développeur est le moment où il lui faut rendre sa copie, et être prêt à recevoir les éventuelles louanges mais aussi les critiques, mais il n’est rien comparé à ce pensum que représentent les phases de tests.

Alors pas d’hésitation : c’est au manager de présenter le résultat et à qui vous voulez de tester à l’exception du développeur lui-même.

 

R&D : Risques et Déception ?

 

Alors finalement le R&D logiciel n’est-il que Risques démesurés et Déception assurée ?

Certes, développer des progiciels n’est pas un métier simple et tranquille mais quelle satisfaction de voir un programme utilisé par des centaines de personnes au quotidien, et que, quel que soit le temps passé à le produire, se dire qu’il le rend au centuple à ses utilisateurs.

 

Olivier Piochaud, Président Directeur Général d’Apsynet

Catégories : Développement & Web