L’inclusivité peut se définir de façon très simple, c’est le fait d’inclure tout le monde. De nos jours, la question de l’inclusivité est partout et peut faire polémique lorsqu’on s’attaque à la langue française, néanmoins elle reste un thème primordial touchant bon nombre d’utilisateurs qui méritent de pouvoir accéder aux outils et informations numériques.

Nous aborderons ici le cas des personnes présentant un handicap. Depuis le 25 juillet 2019 le décret sur l’accessibilité numérique demande aux entreprises privées de mettre en place un accès équitable aux services de communication en ligne, et détermine les obligations à mettre en œuvre selon un référentiel d’accessibilité.

 

L’inclusivité pour qui ?

 

Aujourd’hui, à l’heure où le numérique prend une place prépondérante dans notre quotidien (fait notamment accentué par la crise sanitaire), 13 millions de Français se disent éloignés du numérique.

Nous ne parlons pas seulement d’un usage récréatif ou administratif, mais aussi de permettre un accès simple pour un usage professionnel. En effet, le taux de chômage des personnes en situation de handicap est toujours deux fois plus élevé que pour l’ensemble de la population.

Un exemple qui parle de lui-même, les personnes aveugles qui utilisent des logiciels de lecture vocale ne peuvent pas effectuer une recherche d’offre d’emploi convenable sur le site de Pôle emploi.

Quels supports sont concernés ? Les sites internet, les publications, l’intranet, l’extranet, les applications mobiles, les progiciels, et même le mobilier urbain numérique.

Pour accompagner les entreprises, il existe des référentiels comme le RGAA (Référentiel Général d’Amélioration de l’Accessibilité) pour mettre en conformité les produits numériques créés.

 

 

L’accessibilité web

 

Pour les entreprises, pour les services de communication au public, il existe une méthodologie plutôt simple dont les grands principes sont de réaliser des outils et solutions : perceptibles, utilisables, compréhensibles et robustes.

Quelques exemples concrets :

  • Utilisez les mêmes polices, couleurs et hiérarchies de contenu partout sur votre site
  • Légendez et sous-titrez vos contenus, ajoutez une voix off.
  • Donnez la possibilité d’agrandir les contenus (plein écran, loupe, ligne grossissante, partage d’écran horizontal ou vertical…).
  • Pour les formulaires : laissez suffisamment de temps et donnez la possibilité de remplir le formulaire en plusieurs fois grâce à des sauvegardes.

Chaque outil et contenu numérique doit répondre à plusieurs critères spécifiques pour toucher un public large. Inclure la possibilité d’utiliser des technologies d’assistance offre de nombreuses solutions pour les actions, afin d’optimiser la rentabilité de vos activités en ligne. Il s’agit de capter un nouveau flux entrant et de gagner la confiance des utilisateurs. L’intégration sociale est synonyme de professionnalisme et installe votre activité dans une démarche d’action sociale et sociétale.

Pour construire une société numérique inclusive, il convient de se donner les moyens d’accompagner les publics les plus en difficulté en les guidant dans la connaissance et dans l’usage des services numériques pour répondre à leurs besoins immédiats.

Aujourd’hui, il s’agit de passer d’une vision du numérique contraignant à un numérique qui soit être source de nouvelles opportunités pour améliorer le quotidien de tous.

 

L’intelligence artificielle au service de l’accessibilité

 

Les nouvelles technologies ont pour but de nous simplifier la vie, ces outils s’invitent dans notre quotidien pour le révolutionner, c’est le cas de l’intelligence artificielle (IA). De nos jours, il subsiste toujours des à priori et des inquiétudes concernant l’IA mais du point de vue de l’accessibilité numérique, ses performances sont exceptionnelles.

Les dernières avancées pilotées par l’IA dépendent énormément de la data. Aujourd’hui, l’IA fonctionne et répond aux besoins des utilisateurs de manière autonome et contextuelle, en s’alimentant de milliards de données.

Voici quelques-unes des technologies d’IA :

  • Le Machine Learning : il permet d’automatiser les tâches en apprenant aux algorithmes comment les exécuter de manière autonome.
  • Le Deep Learning : il fonctionne avec des réseaux de neurones artificiels multicouches qui combinent différents algorithmes calqués sur l’intelligence humaine.
  • L’IA peut aussi servir concernant le traitement naturel du langage. Cette technologie permet aux machines de comprendre le langage humain. Elle est d’ailleurs utilisée dans la programmation des algorithmes des assistants numériques : Alexa, Cortana, Google Assistant et Apple Siri.
  • La vision par ordinateur permet aux robots de voir, interpréter, et reconnaître les images comme les humains.

L’intelligence artificielle est sans aucun doute un très bon moyen pour lutter contre les inégalités mais il reste encore du chemin à faire.  L’accessibilité est une question d’intérêt général, elle doit faire partie du cahier des charge de la stratégie digitale des entreprises.

 

 

Juliette, assistante marketing chez Apsynet