2021 sonne comme l’année des débuts de la 5G dans l’Hexagone. En effet, avec la crise du coronavirus de nombreuses industries ont été retardées dans leurs échéances, et c’est le cas de la 5G.

Mais, à ce propos, qu’est-ce que la 5G ? Petit tour d’horizon…

 

Que sont la 3G, la 4G, la 5G ?

 

“Innovation technologique” : c’est comme ça que la plupart des scientifiques qualifient la cinquième génération des standards de téléphonie mobile. Mais avant toute chose, il serait important de rappeler ce que chacune de ces “générations” a apporté à nos sociétés.

Dans les années 1990, avec l’apparition des GSM, est apparue la 1G qui a tout simplement permis de passer des appels avec des téléphones portables. La 2G a ensuite permis l’envoi de SMS, la 3G le développement du web mobile, et enfin, la 4G elle, a augmenté considérablement le débit des connexions mobiles.

Ce qu’on peut donc naturellement se demander est : qu’est-ce que la 5G va apporter de plus ? En réalité, tous les éléments précédemment cités… multipliés par 10. La 5G permettra globalement un réseau plus fiable, plus réactif, mais aussi un plus grand débit. Elle permettra la connexion de davantage d’objets entre eux. Elle accompagne tout ceci d’une capacité d’évolution encore inédite ; la 5G de demain ne sera pas la même que dans 5 ans.

Comme le résume Charles-Henri Morin, chargé du développement 5G en France chez Orange, l’usage mobile augmente de 40% chaque année ; le réseau 4G étant limité, une ressource supplémentaire est nécessaire pour en assurer la continuité.

 

Avantages et inconvénients pour particuliers et entreprises

 

Mais alors quels sont les avantages de la 5G pour les entreprises et personnes ? 

Tout d’abord, la 5G va considérablement améliorer l’activité industrielle des pays qui la mettront à leur service. L’internet des objets est un sujet de plus en plus présent, en effet, on ne compte pas moins de 20 milliards d’objets connectés dans le monde en 2020, chiffre qui d’ici 2030, devrait être multiplié par 2. Avec la 5G, tous ces objets seront d’autant plus intelligents, et il sera possible de développer concrètement des projets tels que des villes connectées, mais aussi des véhicules autonomes… Elle représente donc incontestablement une opportunité de plus-value pour les entreprises.

Pour les particuliers, la 5G propose également différents avantages. En plus d’assurer un meilleure connexion, la 5G est beaucoup plus rapide que la génération actuelle. Le téléchargement d’épisodes de vos séries préférées ne durera pas plus de quelques minutes, celui d’applications, quelques secondes… Dans un monde où chacune et chacun semble être à la demande de toujours plus de vitesse et réactivité en ligne, on pourrait penser que la 5G convainc à l’unanimité. Est-ce vraiment le cas ?

 

 

Concrètement, où en est-on en France ?

 

Dans ce contexte pandémique, la 5G avance, lentement mais sûrement… Cependant, elle fait aussi face à beaucoup de réticences de la part de certains Français.

Tout d’abord, la France est en retard dans le déploiement de la 5G. Avec une ouverture aux enchères pour les attributions de fréquences en novembre 2020, la France se positionne derrière plusieurs de ses voisins européens, 14 au total, comme l’Italie, l’Espagne, le Royaume-Uni ou encore l’Allemagne. La crise de la Covid-19 a ralenti l’ensemble des pays sur ce déploiement. La France peut donc espérer rattraper son retard sur ces pays, qui ont engagé leurs lancements depuis 2019.

Dans le monde, on compte en fait seulement trois pays qui sont particulièrement avancés : la Corée du Sud, qui a une véritable avance sur son déploiement, suivie par la Chine et les Etats Unis.

Cependant, en France, depuis l’attribution des fréquences aux opérateurs, ces derniers proposent tout de même déjà les offres commerciales 5G. De plus, plusieurs villes françaises sont des lieux de “test” pour ces nouvelles infrastructures, comme Toulouse, Montpellier, Brest, Strasbourg, Bordeaux, et très prochainement Paris et Lyon. 

Malgré ces avancées, présentées comme nécessaires et compétitivement intéressantes, une certaine retenue se fait entendre, de manière assez nouvelle : aucune des générations précédentes des standards de téléphonie mobile n’avait soulevé autant de controverses.

Celles-ci ont tant fait écho en France que, plusieurs fois, le gouvernement a ressenti le besoin de mesurer les risques. En juin dernier, Olivier Véran et Elisabeth Borne, respectivement Ministre de la Santé et Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, ont demandé à Edouard Philippe d’attendre le rapport scientifique de l’Anses (Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale) avant d’avancer davantage ; depuis lors, le Ministre a assuré que le déploiement de la technologie se ferait dans la plus grande transparence, et le respect des recommandations.

 

Une innovation entièrement bénéfique ?

 

En effet, alors que la 5G se présente comme la nouveauté, l’innovation technologique de la décennie, de réelles questions se posent sur son usage, en France comme dans beaucoup d’autres pays. Il existe un grand nombre de réfractaires au déploiement de cette nouvelle technologie.

Outre les théories complotistes liées aux coronavirus, la question de l’empreinte carbone, et donc de l’impact sur l’environnement, détient une place importante de cette controverse. La 5G se présente comme beaucoup moins énergivore que le réseau actuel, grâce à une intelligence autonome qui gèrerait la quantité d’énergie pour contribuer à une meilleure efficacité énergétique mais aussi à une réduction des dépenses énergétiques. Ceci pourra effectivement être le cas dans les secteurs du transport, de l’agriculture. Mais une fois ces économies réalisées en matière d’énergie, le particulier, lui, n’en fera pas. En effet, pour s’équiper de cette technologie, il devra acheter un nouveau téléphone, compatible avec la 5G, et également un nouveau forfait. La construction de nos appareils mobiles a un véritable impact sur notre planète, la plupart des matériaux étant extraits de mines. Elle creuse par ailleurs de nombreuses inégalités. De plus, les forfaits 5G seront sans doute plus élevés que les forfaits actuels, du moins, au début, avant que le marché ne trouve son prix d’équilibre.

Autre problématique avec l’arrivée de cette technologie : l’impact qu’elle peut avoir sur la santé. En effet, une longue exposition aux ondes électromagnétiques peut être mauvaise pour la santé selon l’OMS, qui classe la 5G comme présentant un risque cancérigène. Mais, comme ces prédécesseurs, la 5G devra respecter les seuils et contraintes qui limitent les émissions des ondes, et donc l’impact sur la santé. Les antennes 5G, considérées intelligentes, enverront de plus le signal directement sur les appareils de communication, et non pas sur toute une zone qui ne compterait qu’un seul utilisateur, comme c’est le cas aujourd’hui.

Pour finir, la 5G apparaît comme un enjeu de taille de cette nouvelle décennie, pour de nombreux pays. Des aspects économiques, environnementaux, sociaux, et technologiques, sont au cœur de cette innovation, qui a pour but de faire avancer nos sociétés dans une ère nouvelle : celle de l’ultra connectivité.

 

Alexis, Business Developer chez Apsynet