Coincés à la maison, lançons-nous dans une chronique du travailleur numérique au temps du coronavirus, et croyez-moi, c’est du vécu !

Lundi

Ça y est, il faut accélérer les choses, depuis quelques temps l’idée est dans l’air, le virus progresse inexorablement, donc voir tout le monde à la maison dans les prochains jours n’est plus un scénario de science-fiction.

Il faut donc que la DSI se mette en ordre de marche. Laissons aux RH et aux managers la décision de renvoyer tout le monde dans ses foyers, l’informatique doit être prête. Et pour une fois que nous ne sommes pas responsables du virus…

Mardi

Qui utilise un PC fixe ? Ah oui quand-même, entre 25 et 30 % des collaborateurs ? Cela va faire du monde à équiper. C’est parti, on ramasse le ban et l’arrière-ban des portables de la maison. Ceux qui ont hérité du modèle à 3 kg ou qui démarre en 20 minutes (voire les deux), font un peu la tête, mais bon, c’est un cadeau de la maison : tant pis, ils pourront le garder…

 

 

Mais dans tous les cas, il va falloir faire des choix, on ne pourra pas acheter des portables neufs pour tous en urgence. Et ce n’est pas parce que certains ont déjà des portables qu’ils peuvent télé-travailler. Travailler à domicile, c’est plus compliqué que jouer les businessmen en salle de réunion.

Mercredi

On installe les outils de base : Office ainsi qu’une messagerie instantanée, et on configure un VPN pour les machines, on vérifie que les utilisateurs connaissent leur mot de passe.

Aïe ! Il faut trouver des sacoches pour tout le monde et un portable 17 pouces ne rentre pas dans un sac 15 pouces, garanti !

Le Touchpad, c’est pas trop ça, si on veut garder un semblant de productivité, et pour le stock de souris c’est le drame, mais pour le coup, merci la vente en ligne.

Jeudi

Formation pour tous :

« Je me connecte au wifi de la maison ou j’apprends à partager la connexion de mon Smartphone ».

« Je découvre que le portable a un micro et une caméra pour parler à mes collègues ».

« Et oui, il faut connecter le VPN avant d’attaquer les applications internes. »

« Et non, on ne copie pas un fichier de 500 Mo depuis le serveur sur une connexion résidentielle à 2 Mo. »

Ce soir tout le monde embarque son portable, on est prêts pour le discours présidentiel.

Vendredi

Il l’a dit, et maintenant on va devoir le faire : les enfants à garder à la maison, les transports en service réduit… préparons-nous à vivre une première semaine avec des bureaux vides et des téléphones qui sonnent dans le vide.

Rendez-vous la semaine prochaine pour les premiers retours du champ de bataille.

 

 

Olivier Piochaud, PDG d’Apsynet

 

 

 

 

Catégories : Actus