Oui je sais, le coronavirus matin, midi et soir, on s’en lasse. Entre ceux qui banalisent et les prophètes de fin du monde, le sujet est plus que récurrent.

Mon propos n’est pas de remettre une couche à la panique ambiante mais de m’interroger sur les moyens qu’ont les DSI de gérer les conséquences des événements que nous vivons.

 

Imaginons le pire

 

Le pire est simple : quelques cas déclarés dans votre organisation, ou encore la fermeture des transports en commun, plus de structures d’accueil pour nos jeunes et nous voilà nombre d’entre nous confinés à domicile.

Alors pourquoi ne pas travailler de chez nous ?

Télétravail pour tous : beaucoup en ont rêvé, le coronavirus l’a fait.

 

 

Le télétravail généralisé !

 

Certes le télétravail se développe mais tous n’y ont pas accès.

Les raisons sont multiples :  la fonction n’est pas adaptée, le collaborateur n’a pas la confiance de son encadrement, mais au-delà de ces raisons de fond, c’est souvent la technique qui freine : comment déporter le poste de travail informatique à domicile ?

Un salarié du tertiaire passe la majeure partie de son temps à utiliser l’outil informatique, sous le contrôle de l’entreprise et dans un environnement sécurisé. Mais alors, que se passe t’il si l’on tente de le relocaliser à domicile ? Quels sont les points à prendre en compte ?

 

L’espace de travail

 

Un point souvent négligé est de s’assurer que le salarié dispose d’un espace de travail convenable. Il suffit d’appliquer les mêmes normes qu’au sein de l’entreprise : plan de travail, éclairage, posture et assise, alimentation électrique.

Pour rappel, les réglementations sur les risques professionnels s’appliquent à l’identique à domicile que sur les sites de l’entreprise.

 

La machine

 

La réponse est sans ambiguïté : il s’agit d’un poste fourni par l’entreprise, autant pour des raisons de sécurité que d’intégration au système d’information. Ce sera donc un ordinateur portable, il faut donc équiper tous ceux qui n’en disposent pas au quotidien, quitte à utiliser des matériels de seconde main.

 

L’accès au système d’information

 

Si l’on suppose que chacun dispose à domicile d’une connexion internet, le premier sujet sera de connecter la machine au réseau de l’entreprise. Pour cela il faut mettre en œuvre un accès distant.

Il s’agira d’une connexion par une passerelle d’accès ou mieux d’un système de bureau distant sécurisé par l’établissement d’un VPN.

Concrètement, la machine sera dans les même conditions d’accès (mais pas de performances) que si elle était physiquement dans les locaux de l’entreprise.

Ces systèmes existent en général déjà, mais ils ne sont pas forcements dimensionnés pour accueillir une charge importante, et surtout les salariés ne sont pas familiarisés avec leur utilisation, il faut donc de toute urgence les former à ce type d’usage.

Alors : équipement, formation, connexion et la DSI vaincra le coronavirus !

 

 

Olivier Piochaud, PDG d’Apsynet

 

 

Catégories : Actus