Investir dans une nouvelle solution logicielle amène très rapidement la question de l’hébergement. Lequel est le plus adapté à mes besoins ? Combien cela va t-il me coûter ?

Voici un aperçu des différents types d’hébergements disponibles sur le marché.

 

L’hébergement mutualisé

 

Avec cette solution, plusieurs utilisateurs partagent le même serveur, et donc ses capacités de stockage de RAM et de CPU. L’hébergement mutualisé est une bonne alternative pour les projets qui ne consomment pas beaucoup de ressources et dont l’audience est relativement faible.

 

 

L’hébergement mutualisé a pour avantage d’être peu onéreux. Il est le plus économique de tous car son coût est proportionnel à la « quote-part » des ressources allouées à l’utilisateur.

Il est facile à configurer, utiliser et administrer car de nombreux outils de monitoring sont mis à disposition par les hébergeurs.

 

>> Sur ce même sujet – Architectures applicatives et bases de données : le Web et les serveurs applicatifs

 

Les ressources sont administrées par l’hébergeur et sous sa responsabilité juridique, et enfin, la disponibilité technique du serveur est garantie.

Néanmoins, certains inconvénients ne sont pas négligeables : les ressources et la performance sont limitées, l’utilisation en est donc restreinte, et enfin, il est impossible d’installer certains logiciels et composants.

 

L’hébergement sur serveur dédié

 

Idéal pour les sites Web à fort trafic, le serveur dédié est mis à disposition d’un seul client.

On parle de serveur entièrement dédié lorsque l’utilisateur peut gérer des applications ainsi que leur configuration, en plus de la gestion de fichiers.

L’hébergement dédié a pour avantage de proposer la personnalisation complète de la configuration du serveur.

Opter pour l’hébergement dédié permet aussi d’assurer de bonnes performances pour son site web ainsi qu’une meilleure sécurisation des données qu’il contient.

Toutefois, ce type d’hébergement présente l’inconvénient d’être l’une des solutions les plus coûteuses, et son administration nécessite d’avoir les connaissances techniques suffisantes.

 

L’hébergement VPS

 

Le Virtiual Dedicated Server, ou Serveur Dédié Virtuel en Français, offre les mêmes possibilités qu’un serveur dédié, à la différence que l’ordinateur où se situe le serveur regroupe de multiples serveurs virtuels. On peut donc considérer le VPS comme une solution hybride, mi-serveur mutualisé, mi-serveur dédié.

Chaque VPS fonctionne avec son propre OS et l’hébergement est dédié à un utilisateur spécifique.

 

>> Sur ce même sujet – Architectures applicatives et bases de données : du fichier plat au client / serveur

 

L’utilisateur bénéficie d’une machine virtuelle, disposant ainsi d’un système d’exploitation, et profitant de la RAM et du stockage du serveur physique sur lequel la machine virtuelle se situe.

Le VPS a pour avantages de pouvoir être configuré et adapté en fonction des besoins réels et des préférences, de pouvoir héberger plusieurs sites Web et d’offrir un bon rapport performances-prix. Pour avoir une petite idée du prix, un VPS basique de 1Go de RAM et 20 Go d’espace de stockage coûte entre 8 et 15 dollars par mois.

 

L’hébergement Cloud

 

Contrairement aux autres types d’hébergement, le Cloud ne repose pas sur un serveur unique, mais sur une multitude de serveurs.

De ce fait, le Cloud n’étant pas limité physiquement, il offre une puissance de traitement et un espace de stockage infinis.

Opter pour l’hébergement Cloud, c’est choisir la flexibilité, il est évolutif à l’infini, ajustable selon les besoins, en termes d’espace de stockage et de mémoire. C’est l’avantage principal du Cloud et l’utilisateur paye pour ce qu’il utilise réellement.

 

Anne, Chef de Produit chez Apsynet

 

 

Catégories : Développement & Web